Véronique Besse – Vers une police européenne de la fessée ?

L’Europe n’a pas fini de nous étonner. Plutôt que de s’attaquer aux vrais problèmes, elle préfère se mêler de tout, de la grosseur des tomates à la taille des filets de pêches.

Aujourd’hui, suite au recours d’une association anglaise (!), la France est condamnée parce qu’elle ne condamne pas la fessée. Il y a vraiment des claques qui se perdent ! Comme s’il n’y avait pas de décision plus urgente et mieux adaptée à prendre pour protéger les enfants ? Comme si la fessée administrée depuis des siècles dans les familles avait produit à elle seule des générations de délinquants ?

Et si demain, la France se ridiculise en légiférant contre la fessée, faudra-t-il une police de la fessée pour faire respecter cette loi ?

Au final, tout ce débat ne fait que discréditer un peu plus l’Europe et banaliser encore davantage l’autorité des parents en les culpabilisant s’ils posent des limites à leurs enfants, en s’immisçant dans la vie des familles et les dessaisissant encore un peu plus de leur mission d’éducation.

Les questions aussi délicates que celles de l’éducation et de la protection de l’enfance méritent mieux que cette caricature sur fond de pédagogisme.