Véronique Besse – Un décalage flagrant entre le discours du ministre et la réalité du terrain

Je sors à l’instant de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, où durant près de deux heures, nous avons écouté Marisol Touraine nous présenter le projet de loi santé, qui sera débattu à la fin du mois dans l’hémicycle.

com ASHonnêtement, on ne peut être que déçu de ce projet de loi un peu fourre-tout, entre le tiers-payant généralisé, combattu par les médecins depuis des mois ou les paquets de cigarettes neutres… Au final, pas grand-chose de bon dans cette loi, qui, je le pense, désorganisera un peu plus notre système de santé, déjà bien mal au point. Ainsi, par exemple, sur le tiers-payant généralisé, Marisol Touraine en fait une affaire de principe, rejetant, sans même l’avoir étudiée, la proposition des médecins d’une carte à paiement différé.

Mais ce qui m’a frappée le plus dans cette intervention,c’est surtout le décalage flagrant entre le discours du ministre et la réalité du terrain. Pas un mot sur lalutte contre les déserts médicaux, une réalité que nous connaissons, malheureusement, trop bien dans le Bocage, et contre laquelle, nous autres, élus locaux, nous luttons. Pas un mot non plus, et c’est peut-être encore plus grave, pour reconnaitre la profession de médecin généraliste de proximité.

Être médecin de proximité, c’est beaucoup de travail et beaucoup de responsabilité. C’est en effet, le médecin, qui décide, seul dans son cabinet, de l’orientation à donner à un patient ; c’est lui également, toujours seul dans son cabinet, qui est en première ligne pour établir un premier diagnostic, si important dans la prise en charge des patients.

Oui, vraiment, nos médecins, et plus généralement, notre système de santé méritent mieux. C’est ce à quoi je vais m’employer ces prochaines semaines, aussi bien à la commission des affaires sociales que dans l’hémicycle.